Vol.8 Le mouvement à 10 alternances.

Un équilibre sans égal de précision et de durabilité rendu possible grâce à une technologie que la manufacture a elle-même développée et à un savoir-faire de qualité supérieure.

PARTIE 1

HI-BEAT

La quête de l’ultime précision

Chaque montre étant jugée par-dessus tout à l’aune de sa précision, la quête de la précision est le principal objectif que se fixe l’équipe Seiko. Bien que Seiko ait consacré une grande partie de son temps à perfectionner la précision de ses montres en vue des concours de chronométrie japonais, le manufacturier souhaite encore repousser les limites, pour prouver au monde entier la qualité de ses montres. La courtoise invitation reçue par l’Observatoire de Neuchâtel et de Genève au début des années 1960 est donc l’occasion pour Seiko de mesurer la précision de ses montres à celles d’horlogers du monde entier. Et pour pouvoir relever ce défi, l’équipe de Grand Seiko acquit la conviction que les mouvements à haute fréquence étaient la meilleure façon d’atteindre la plus haute précision.

Le fonctionnement de la montre mécanique est dicté par la force exercée par le remontage du ressort-moteur qui entraîne les rouages du mouvement, et par la fréquence d’oscillation constante du balancier spiral qui permet au contraire de freiner les rouages, pour obtenir ainsi une rotation précise des aiguilles. La précision d’une montre dépend donc de la stabilité de son balancier spiral. Tout comme la toupie, qui acquiert plus de stabilité si sa vitesse de rotation est élevée et qui aura tendance à vaciller si sa rotation est plus lente, plus la fréquence d’oscillation du balancier est élevée, plus faible est l’impact des chocs exercés par le mouvement et d’autres forces, et plus grande est la précision.

Grâce à son expérience acquise au cours des compétitions tenues par l’Observatoire, l’équipe a réussi à obtenir la fréquence d’oscillation nécessaire pour présenter un produit conjuguant haute précision et durabilité, avec 36 000 alternances par heure (10 par seconde) : ainsi naissent en 1968 deux mouvements différents vantant d’une fréquence d’oscillation élevée. L’équipe de Suwa Seikosha s’est consacrée à la construction des calibres à remontage automatique de la série 61, tandis que Daini Seikosha est l’auteur des calibres à remontage manuel de la série 45. Grâce à la création de ces deux nouveaux calibres, la société se place parmi les quelques manufacturiers qui ont réussi à relever le défi de la précision.

Dans les années 1990, les progrès acquis dans le secteur de la manufacture horlogère et des matériaux permettent à Seiko de les employer dans la création d’un tout nouveau mouvement mécanique achevé en 1998 : le 9S. À la suite de cet aboutissement, les ingénieurs décident de poursuivre leur quête de la précision et de la durabilité ultimes, lançant en 2004 un nouveau projet visant à développer un mouvement à 10 alternances qui porterait la précision de Grand Seiko au niveau supérieur.

Grand Seiko 1968  - Grand Seiko Hi-Beat 36000 mécanique

À gauche : La Grand Seiko 1968 animée du mouvement à 10 alternances du calibre 6145

À droite : La Grand Seiko Hi-Beat 36000 mécanique sortie en 2009 est la première à abriter le mouvement à 10 alternances du calibre 9S85, offrant une précision de -3 à + 5 secondes par jour et une réserve de marche de 55 heures.

Montres à mouvement à 10 alternances des années 1960

Calibre 6145, 1968

Calibre 6145, 1968

Le Calibre 6145, mouvement à 10 alternances à remontage automatique, créé par Suwa Seikosha. Ce calibre à 10 alternances présente également une fonction d’arrêt de seconde, une prouesse technologique d’une grande difficulté pour l’époque. Une montre plébiscitée qui allie haute précision, praticité et fiabilité

Calibre 4520, 1968

Le calibre 4520, mouvement à 10 alternances à remontage manuel fabriqué par Daini Seikosha, avait un profil de 3,5 mm d’épaisseur uniquement. Plus fin que les mouvements des séries 44 et 57, il présente un design élégant ainsi qu’une grande précision. Avec la création de ce calibre et de la série 61, Grand Seiko propose une gamme de calibres à 10 alternances parmi les plus étendues au monde.

Calibre 4580 (VFA), 1969

Le calibre 4580 à remontage manuel fabriqué par Daini Seikosha. La technologie perfectionnée pour les concours de chronométrie de l’Observatoire permet à ce mouvement VFA d’atteindre un niveau de précision incroyable de ± 1 minute par mois.

* Certaines images de montres sur cette page ont des spécifications différentes de celles énoncées au moment de leur commercialisation.

 

PARTIE 2

NOUVEAU MÉCANISME

De nouveaux matériaux et procédés de fabrication ont permis de donner naissance à un nouveau mouvement à 10 alternances

Avant de pouvoir créer un nouveau mouvement à 10 alternances, certains problèmes avaient besoin d’être résolus. Comme un mouvement à 10 alternances nécessite un couple plus important que celui d’un mouvement à 8 alternances, le premier défi à relever était de développer un nouveau ressort-moteur plus puissant. Pour répondre à cette exigence, SPRON530 a été créé pour permettre d’obtenir un mouvement capable de générer un couple 6 % supérieur. Un nouveau spiral a également été utilisé, moins sensible aux variations de température ambiante, plus résistant aux magnétismes, aux chocs et à d’autres facteurs susceptibles d’affecter la précision du mouvement. Après cinq années intenses de développement, Seiko présente un tout nouveau matériau, deux fois plus résistant aux chocs et trois fois plus résistant aux magnétismes, par rapport aux matériaux conventionnels : le SPRON610. C’est pour cela que la plupart des marques horlogères sous-traitent la fabrication de leurs spiraux, il est très difficile d’atteindre des standards de qualité si élevés. Mais grâce à la recherche de nouveaux matériaux et de procédés de fabrication des spiraux menée par Daini Seikosha entre les années 1940 et 1950, ce qui semblait impossible devint réalisable.

Ainsi, grâce à ces innovations, une réserve de marche d’environ 55 heures a pu être obtenue, un résultat remarquable pour un mouvement à 10 alternances. De plus, un inverseur d’automatisme a été introduit dans ce nouveau mouvement, permettant de remonter le ressort-moteur de manière plus efficace et plus rapide.

Mais ces innovations ne sont pas les seules. En effet, au cours de l’élaboration du mouvement à 10 alternances du calibre 9S85, l’attention s’est portée sur la roue d’échappement et sur l’ancre. Ces deux composants constituant le cœur même du mécanisme d’échappement ont été repensés et fabriqués à l’aide de la technologie des microsystèmes électromécaniques développée par le manufacturier pour la fabrication de ses semi-conducteurs. Cette technologie consistant à soumettre à un processus d’électroformage en bain de nickel des moules de haute précision fabriqués dans un matériau plastique spécial permet de fabriquer des composants plus lisses, plus réguliers et plus durs. La technologie des microsystèmes électromécaniques a été employée pour réduire le poids de la roue d’échappement, de l’ancre et des autres composants pour les rendre plus efficaces et obtenir des pièces d’une précision et d’une régularité extrêmes durant leur fabrication. La technologie des microsystèmes électromécaniques a permis ainsi d’atteindre une précision d’un dix millième de millimètre.

Grâce à l’avènement de ces avancées dans le monde de la manufacture horlogère, Seiko dévoile en 2009 un nouveau mouvement à haute fréquence équipé d’un tout nouveau ressort-moteur à couple puissant plus résistant aux chocs et aux champs magnétiques et d’un mécanisme d’échappement plus durable, capable d’atteindre un niveau de précision de 36 000 alternances par heure : le calibre 9S85.

Comparaison des trains de rouage du mouvement à 8 alternances et du mouvement à 10 alternances

 8 alternances

 8 alternances

Les calibres 9S5 et 9S6 sont constitués d’un mouvement à 8 alternances. L’énergie du ressort-moteur accumulée par le barillet est transmise à la roue de centre qui transmet à son tour l’énergie à la roue de moyenne, puis à la roue de seconde.

L’ancre, activée par un mouvement généré par l’oscillation du balancier, permet de réguler le mouvement de la roue d’échappement. Grâce à ce système, la rotation des rouages est régulée de manière à faire tourner les aiguilles de la montre à la bonne vitesse.

10 alternances

10 alternances

À cause de la fréquence d’oscillation plus élevée, les mouvements à 10 alternances sollicitent une force plus importante sur les composants et nécessitent donc d’être plus résistants dans le temps. Le calibre 9S8 dispose d’une roue intermédiaire entre la roue de seconde et la roue d’échappement prolongeant ainsi considérablement la durée de vie des dents de la roue de seconde. Pour le train de rouage du calibre 45, cette même technique avait été utilisée, car elle représentait une solution fiable et éprouvée.

Les nouveaux composants qui ont rendu les 10 alternances possibles.

Ressort-moteur

Ressort-moteur

Le ressort-moteur est en SPRON530, un alliage de cobalt. Non seulement la puissance du ressort-moteur a été améliorée, mais sa taille a été considérablement réduite.

Roue d’échappement

Roue d’échappement

Afin d’améliorer la durabilité des parties de la roue d’échappement et de l’ancre qui entrent en contact, les extrémités de la roue d’échappement ont été creusées pour faciliter la rétention de l’huile lubrifiante.

Ancre

Ancre

Grâce à la technologie des microsystèmes électromécaniques, le poids de l’ancre qui régule le mouvement de la roue d’échappement a été réduit de 25 %. Sa conception a également contribué à un niveau de précision plus stable dans le temps.

Balancier-spiral

Balancier-spiral

Un nouvel alliage, SPRON610, a été créé pour le spiral. Il a été fabriqué à partir de cobalt, de fer, de nickel et d’autres métaux magnétiques résistants permettant au spiral d’osciller à la fréquence élevée de 10 alternances (5 hertz) par seconde.

PARTIE 3

NOUVEAU PRODUIT

Un mouvement à 10 alternances que seul un véritable manufacturier de montres est capable de réaliser

Un mouvement à 10 alternances que seul un véritable manufacturier de montres est capable de réaliser

NOUVEAUTÉ 2017

Grand Seiko SBGH201

Perpétuant la tradition du modèle Hi-Beat SBGH001 sorti en 2009, cette montre abrite elle aussi le calibre 9S85 à 10 alternances. Le mouvement est magnifiquement fini : il dispose d’une réserve de marche de 55 heures et offre une précision de -3 à + 5 secondes par jour. Le design épuré reflète parfaitement le style Grand Seiko et la trotteuse bleue est une caractéristique distinctive.

Remontage automatique, boîtier de 40,2 mm en acier inoxydable.

Grand Seiko n’était pas le seul manufacturier à comprendre que la clé de la haute précision résidait dans le développement d’un mouvement à haute fréquence. En effet, si l’on se penche sur les résultats des concours de l’Observatoire tenus dans les années 1960, on remarque que seuls quelques manufacturiers ont su relever le défi.

Mais pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est très difficile d’atteindre un parfait équilibre entre haute précision, longue réserve de marche et durabilité. Individuellement, ces objectifs sont tous atteignables, mais pour qu’ils puissent parfaitement coexister dans un même mouvement à haute fréquence, il faut savoir maîtriser tous les aspects de l’horlogerie traditionnelle, et avoir recours à l’autoproduction, en choisissant de concevoir et de fabriquer chaque composant sans aucune sous-traitance, et seul un cercle privilégié d’entreprises en est capable aujourd’hui.

Mais ce qui est le plus frappant, c’est de constater que Grand Seiko a atteint sûrement l’équilibre le plus proche de la perfection entre précision, puissance et durabilité de l’industrie horlogère. Avec un niveau de précision de -3 à + 5 secondes par jour en moyenne, cette montre dispose d’une réserve de marche de 55 heures et d’un niveau de durabilité désormais attesté.

Cette magnifique montre offre également l’excellente lisibilité pour laquelle Grand Seiko est synonyme, avec des index au profil aiguisé et des aiguilles qui captent même la plus petite lueur de lumière.