Vol.2 Le style Grand Seiko, une tendance en constante évolution

Vol.2 Le style Grand Seiko, une tendance en constante évolution

PARTIE 1

Et la lumière fut, grâce au polissage

Le modèle SBGR001, datant de 1998, abrite le calibre mécanique 9S55. Parallèlement aux améliorations apportées au mouvement, les techniques de conception et de polissage n’ont cessé d’évoluer.

Le style Grand Seiko : le véritable défi de la perfection

Le style Grand Seiko : le véritable défi de la perfection

Dans les années qui ont suivi le lancement de la première Grand Seiko en 1960, la manufacture a continué de poursuivre son principal objectif : concevoir des montres toujours plus précises. Comme toujours, ce défi a été relevé haut la main par l’équipe de Grand Seiko qui, grâce à de remarquables progrès, a réussi à atteindre un taux de précision qui semblait inatteignable à l’époque, faisant ainsi des montres Grand Seiko les meilleures au monde. Avant sa rencontre avec Taro Tanaka, l’équipe de Grand Seiko concentrait tous ses efforts sur la partie technique de la montre, travaillant moins sur son habillage. En 1962, Taro décide de passer de longues heures au cœur de l’enseigne Wako à Ginza, l’un des grands magasins les plus chics de Tokyo, afin d’observer les réactions des personnes devant les différentes vitrines de montres du monde entier. De cette étude, il en tire deux conclusions. Premièrement, il constata que les personnes, à la vue des montres exposées dans vitrines de WAKO, ne pensaient pas immédiatement avoir à faire à des montres Grand Seiko, parce qu’aucun détail caractéristique, propre à la manufacture, ne leur sautait aux yeux. Deuxièmement, il remarqua que les montres Grand Seiko manquaient d’éclat, contrairement à leurs concurrentes, et qu’il était donc primordial de les rendre plus brillantes. La solution selon Taro, pour replacer les montres Grand Seiko sous les projecteurs, était de se concentrer sur leur pouvoir réfléchissant. La lumière était donc la clé. Ainsi, il formula de nouveaux standards de conception, pour que les flancs des montres soient plus prononcés et les facettes exemptes de tout signe de distorsion.

Et c’est grâce à la naissance du modèle 44GS, en 1967, que les idées de Tanaka se concrétisent enfin. Cette montre était l’incarnation même de toutes les règles d’or énoncées par Taro Tanaka, qu’il définissait comme « la Grammaire du design », et qui permirent d’établir par la suite le véritable « Style Grand Seiko ». Cette « grammaire » dictait ainsi tous les critères qui devaient être respectés par chaque élément visible de la montre, des index jusqu’au boîtier. La 44GS est ainsi la toute première montre à avoir été conçue selon la Grammaire du design de Tanaka, et aujourd’hui encore, cette montre est toujours considérée comme un véritable chef-d’œuvre. Ses facettes et les lignes de son boîtier présentent une finition poli-miroir entièrement exempte de distorsion. Les aiguilles ont été minutieusement polies de manière à rendre leurs bords semblables à des lames de rasoir et capables de restituer même le plus infime éclat de lumière. Enfin, les cornes ont été épurées et polies pour que la lumière s’y reflète avec charme, pour leur donner cette allure que l’on connote inévitablement à l’artisanat japonais.

Aujourd’hui, le responsable du design de Grand Seiko est Nobuhiro Kosugi. À ses débuts chez Seiko, il se souvient encore qu’à l’époque la conception de la 44GS était déjà très complexe, et que sa fabrication requérait beaucoup de temps et d’expérience. En y repensant, il réalise à quel point le développement de Grand Seiko a été vital pour que le style Grand Seiko soit appliqué à la lettre et perpétué dans le temps. Réaliser la montre 44GS a demandé beaucoup de travail : sa conception étant complexe, elle doit être confiée à des mains habiles, dignes d’un savoir-faire d’excellence. Mais cette quête de la perfection en a valu amplement la peine, car la 44GS a permis d’établir un nouveau standard de fabrication et d’attribuer aux montres Grand Seiko ces traits caractéristiques qui la distinguent de toutes les autres et que l’on attribue sans aucune hésitation à la manufacture. Kosugi se souvient également que c’est grâce à la 44GS que les maîtres horlogers ont perfectionné leurs compétences et qu’ils ont pu répondre aux plus hautes attentes que le public se faisait de la manufacture. Encore aujourd’hui, les montres Grand Seiko créées par Kosugi posent de nouveaux défis aux maîtres horlogers. Il est même assez commun de voir Kosugi dans les ateliers, assister son équipe, l’encourager pour toujours relever de nouveaux challenges.

Le dernier chef-d’œuvre de Kosugi, caractérisé par de longues courbes, scintille de mille feux grâce à sa finition poli-miroir. Pour la réalisation de cette pièce de prestige, les maîtres horlogers chargés de polir le boîtier ont dû relever un nouveau défi pour réussir à faire briller les cornes. En effet, les cornes doivent être soumises à trois différents procédés qui requièrent une extrême patience et une grande habileté. Conformément aux exigences de conception qu’impose Kosugi, les cornes doivent être en parfaite harmonie avec les autres composants du boîtier. Elles doivent donc se déployer jusqu’à leur extrémité avec la plus grande finesse. En relevant ce défi et tant d’autres, l’équipe de Kosugi a ainsi développé de nouvelles compétences pour s’assurer que le style Grand Seiko évolue continuellement. En tant que maître-designer pour Grand Seiko, il affirme que c’est l’une de ses missions principales.

PARTIE 2

L’histoire fantastique du calibre 9S

Le modèle 44GS, un chef-d’œuvre de la haute horlogerie

Le modèle 44GS, un chef-d’œuvre de la haute horlogerie

Née en 1967, la montre 44GS devint instantanément la définition même du style Grand Seiko que l’on connaît aujourd’hui. Pour sa conception, trois caractéristiques ont été déterminantes. L’objectif étant de mettre plus en lumière les nouveaux modèles, la montre 44GS est ainsi capable de capturer le moindre reflet et de le restituer de différentes manières en fonction de l’angle et du moment de la journée. Premièrement, la montre se pare de facettes parfaitement planes, tandis que les courbes du boîtier offrent cet effet bidimensionnel. Deuxièmement, les facettes plates, larges et extrêmement polies des aiguilles et des index ont le pouvoir de capturer et de réfléchir même le plus infime éclat de lumière. Troisièmement, les facettes poli-miroir sont entièrement exemptes de distorsion, pour restituer parfaitement les reflets de lumière. Le résultat : une montre brillant de mille feux, qui semble exprimer à travers chaque éclat le standard de haute précision auquel se mesure sans cesse Grand Seiko.

Le polissage Zaratsu : un procédé unique, caractérisant le style Grand Seiko.

Le polissage Zaratsu : un procédé unique, caractérisant le style Grand Seiko.

Dans les années 1950, l’usine Hayashi Seiki, qui fabriquait de nombreux boîtiers de montres pour Grand Seiko, a commencé à utiliser une machine à polir sur laquelle étaient gravés les mots « GEBR.SALLAZ. GEBR. ». C’était une abréviation désignant à la fois le mot allemand « frères » et SALLAZ (prononcé « zaratsu » au Japon à la manière allemande) était le nom de famille de la société qui avait construit cette machine. La principale caractéristique de cette machine à polir est que son disque rotatif pour polir les surfaces est placé à l’avant de la machine, et non pas sur le côté. Au Japon, ce procédé est connu sous le nom de polissage Zaratsu. Pour atteindre la perfection exigée par le style Grand Seiko, c’est-à-dire des flancs polis et nets et des facettes parfaitement planes, les maîtres horlogers utilisent donc cette machine et font preuve d’une grande expertise dans son utilisation. Une connaissance qu’ils transmettent ensuite à leurs successeurs afin de perpétuer de génération en génération jusqu’à nos jours ce savoir-faire dont ils sont les seuls à détenir le secret.

Ainsi, grâce au polissage Zaratsu, on obtient des facettes aussi réfléchissantes qu’un miroir et ne présentant aucun signe de distorsion.

Le calibre 9S et le nouveau standard Grand Seiko

Le calibre 9S et le nouveau standard Grand Seiko

Au milieu des années 1980, l’équipe de Grand Seiko jugea que le moment était venu d’améliorer encore la performance de ses calibres mécaniques. Après de longues recherches approfondies, l’équipe Grand Seiko en charge du projet constate que de simples modifications apportées aux calibres ne suffiraient pas à en améliorer leurs performances. L’équipe décide alors de se focaliser sur le train de rouages en le soumettant à de nombreux tests et en ayant recours notamment à des simulations informatiques et à la réalisation de nombreux prototypes. Parallèlement, l’équipe développe un nouveau balancier et son spiral est doté d’une nouvelle courbe extérieure. Grâce à tous ces progrès, l’équipe est enfin capable d’offrir au monde un tout nouveau calibre : le 9S5. Par la suite, un nouvel alliage le SPRON a été spécialement inventé pour réaliser le ressort-moteur et le mécanisme d’échappement a été perfectionné grâce à l’usage de la technologie des microsystèmes électromécaniques. Grâce à ces innovations, de nouvelles versions du calibre 9S voient le jour : le calibre 9S6 avec une réserve de marche de 72 heures et le calibre 9S8 à 10 alternances. Établi en 1998, le standard Grand Seiko, synonyme de précision sans égale, répond largement aux plus hauts critères de précision qu’une montre devrait remplir pour se voir décerner le certificat de chronomètre. Plus exigeant encore que son prédécesseur établi en 1966, ce nouveau standard reflétait ainsi les progrès que Grand Seiko avait accomplis dans le domaine de l’horlogerie mécanique avec le lancement du calibre 9S.

Mais si cette montre est si précise, c’est également parce qu’elle est composée de pièces ayant été fabriquées avec minutie et perfection.

PARTIE 3

L’évolution représentée à travers les éditions limitées « Anniversaire ».

NOUVEAUTÉS 2018

Créé en exclusivité pour Grand Seiko, le calibre 9S voit le jour en 1998. Les trois éditions limitées qui ont été commercialisées en mars dernier pour célébrer le 20e anniversaire du calibre 9S rendent hommage à ce mouvement révolutionnaire, chacune à sa manière. Elles renferment toutes le calibre 9S85 à 10 alternances et arborent le même gracieux boîtier qui perpétue l’héritage du style Grand Seiko.

Grand Seiko SBGH266J

Grand Seiko SBGH266J

Le cadran intègre le logo utilisé pour les montres fabriquées par l’équipe Daini Seikosha, désormais connue sous le nom de Seiko Instruments Inc. Ce logo emblématique s’alterne aux initiales GS dans une délicate mosaïque qui irradie sur le cadran depuis son centre en un motif géométrique. Le label « SPECIAL » atteste que le calibre 9S85 à 10 alternances a été spécialement réglé selon le standard Grand Seiko Special, et qu’il dispose d’une marche diurne améliorée de -2 à + 4 secondes par jour, un taux de précision bien plus élevé que celui imposé par le standard. Remontage automatique, boîtier de 39,5 mm en or 18 carats, édition limitée à 150 exemplaires.

Grand Seiko SBGH267G

Grand Seiko SBGH267G

Le logo doré « GS » brille comme une étoile sur ce cadran Grand Seiko d’un bleu si profond et mystérieux. Même la surface en titane de la masse oscillante arbore cette couleur bleue foncée, un effet rendu possible grâce à un processus d’oxydation anodique. À travers le fond de boîte en saphir transparent, il est possible d’admirer le calibre 9S85 à 10 alternances. Remontage automatique, boîtier de 39,5 mm en acier inoxydable, édition limitée à 1 500 exemplaires.