VOL. 2 Une Forme Parfaite : La Quête De La Beauté S'inspirant De L'esthétique Nippone.

VOL. 2 Une Forme Parfaite : La Quête De La Beauté S'inspirant De L'esthétique Nippone.

PARTIE 1 : CODE DE CONCEPTION

Un code de conception créé autour de lignes nettes et de l’éclat de la qualité.

Nuances, ombres et lignes puissantes. Voici les pierres angulaires du design Grand Seiko, mais avant de réaliser ce design, un nouveau niveau de précision en termes de fabrication était exigé. Celui-ci fut atteint grâce à une évolution de la prise de mesures. Jusqu’en 1960, Seiko utilisait une unité spéciale dénommée «  ligne », qui était la norme conventionnelle dans l’industrie horlogère, mais en 1962, Seiko convertit l’unité en millimètre. Cette décision aboutit à la modification de l'unité minimale d’1/4 de ligne (environ 0,56 mm) à 0,1 mm, ce qui allait permettre d’obtenir un design plus précis du boîtier de la montre et de ses composants extérieurs.

Le défi central lors de la conception du « style » Grand Seiko était de donner à chaque pièce une signature caractéristique. Le boîtier était réalisé par forgeage à froid de l’acier inoxydable et grâce à une conception plus précise, on aboutit à une forme tridimensionnelle plus nette. On notera en particulier le look unique de l’arête qui court du flanc du boîtier jusqu’aux cornes. De son côté, le cadran possède lui aussi un look qui lui est propre. Afin de tirer le meilleur parti de ce jeu d’ombre et de lumière, les index des heures sur le cadran sont taillés en multiples facettes, puis minutieusement polis. Le cadran creux renforce l’étanchéité du boîtier et permet la mise en relief des index. Ces éléments font désormais partie intégrante du style Grand Seiko et furent développés à des niveaux supérieurs de sophistication sur la Self-Dater GS de 1964, puis sur la GS de 1967.

On les retrouve tous sur la 44GS de 1967, montre à jamais emblématique du style de la Grand Seiko. La forme de son boîtier est révolutionnaire. Sa surface frontale est polie pour une finition sans déformation, obtenue grâce à une méthode connue sous le nom de polissage Zaratsu.

Cette technique exige une grande compétence et une longue expérience en la matière.

Les flancs du boîtier s’inclinent nettement vers l’intérieur afin de permettre à la montre de s’ajuster de manière précise au poignet, pour une allure unique. La couronne est fixée profondément dans le boîtier afin de préserver la beauté de la ligne.
Le designer de la Grand Seiko poussa le concept dans chaque détail afin de créer ce que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de style Grand Seiko. Il conçut des aiguilles et des index à multiples facettes pour permettre un jeu de lumière à travers le cadran, et il créa une lunette polie miroir, pour confirmer une esthétique basée sur la netteté et l’éclat. Grâce à la 44GS, Grand Seiko trouva son code design, et c’est ainsi que naquit la légende.

La 44GS

La 44GS, le chef-d’œuvre qui a d’abord incarné le style Grand Seiko en 1967, a revu le jour en 2013 en édition limitée : la SBGW047. Le verre, la finesse du boîtier et d’autres détails furent réactualisés, mais le design caractéristique du boîtier avec ses lignes étroites, planes, et les surfaces courbes bidimensionnelles ont été fidèlement reproduites. Le reflet de la surface du boîtier, sans déformation et minutieusement polie, est semblable à celui d’un miroir.

Grand Seiko model SBGW047

L’aspect des surfaces polies et totalement dépourvues de déformation de la lunette et du boîtier est le fruit du polissage Zaratsu. Un art que maîtrisent uniquement les artisans les plus chevronnés et particulièrement compliqué à appliquer sur une surface telle que le côté incliné de l’intérieur du boîtier de cette montre.

Grand Seiko - model SBGH219G

La finition polie donne aux index des heures à multiples facettes un éclat scintillant, mais leur autre côté est marqué d’une ombre attrayante.

Grand Seiko - model SBGH219G

Les côtés des aiguilles des heures et des minutes sont taillés en diagonale, puis polis afin d’obtenir un fini brillant. Ce détail est visible sur toutes les surfaces, y compris sur la pointe de chaque aiguille.

Grand Seiko - model SBGW047

L’épaisseur du boîtier est de 11,5 mm, mais il semble encore plus mince en raison de son inclinaison intérieure. Le modèle possède un verre saphir, mais pour rester dans le thème de la 44GS originale, la forme de son boîtier est carrée.
 

PARTIE 2 : POLITIQUES DE CONCEPTION

De l’aspect purement pratique, à une esthétique de l’élégance.

La première Grand Seiko, réalisée en 1960, fut conçue dans un esprit de précision et de praticité. L’équipe qui l’avait créée voulait surtout fabriquer une montre qui se classerait parmi les meilleurs garde-temps au monde en termes de performance. Sa réalisation fut un puissant témoignage de leurs compétences, mais l'équipe nourrissait dès le départ de plus grandes ambitions. Ils voulaient que la Grand Seiko, tout en étant aussi précise et résistante que d'autres modèles, possède une beauté unique qui traverse le temps. Ils souhaitaient atteindre l’excellence dans chaque aspect de l’horlogerie, et que leurs créations puissent apporter à leurs propriétaires un plaisir esthétique permanent, tout en bénéficiant de leurs exceptionnelles performances. La voie à suivre empruntait évidemment le chemin de la riche culture nippone. En quête d’une esthétique japonaise exclusive pour leurs designs, l’équipe tira son inspiration principale de la façon dont l’art et l’architecture du pays du Soleil-Levant se révèlent dans les jeux d’ombre et de lumière. Depuis des temps immémoriaux, les Nippons ont non seulement su percevoir la beauté de la lumière, mais ont également reconnu l'élégance de l’ombre qu'elle fait naître. Observons les paravents japonais, par exemple. Bien que le paravent ne soit qu’une simple structure composée d’un assemblage de surfaces droites, l’objet possède une beauté fascinante de par la formation d'ombres qui confèrent une profondeur pleine de grâce à l’espace. Seule la sensibilité esthétique nippone a su capturer cet aspect unique de la beauté de la lumière et contribue à la singularité de ce pays

Un design qui repose sur l’utilisation de surfaces planes et d’arêtes nettes.

Paravents de papier japonais   +  Surfaces planes et d’arêtes nettes  >>  Des facettes taillées et polies
Les ombres générées par les paravents de papier japonais utilisés pour protéger du vent ou comme cloison de séparation donnent de la profondeur à l’espace.   L’éclat scintillant d’un diamant provient de ses multiples facettes taillées.   Avec leurs facettes taillées et polies, les index génèrent un jeu d’ombre et de lumière sur le cadran.

 

Excellent, 1899

Excellent, 1899

Production de l’Excellent, une montre de poche présentée en 1899 et qui continua à se vendre jusqu’au XXe siècle. À partir de 1907, on la désigna également sous le nom d’Imperial Award Watch.

Marvel, 1956

Marvel, 1956

Intégrant de nouvelles idées de conceptions et de techniques de fabrication, la Marvel a été la meilleure montre Seiko jusqu’à présent. Seule la position à 12 heures utilisait les chiffres arabes, tandis que les autres heures étaient marquées par un index rectangulaire au fini net. L’utilisation d’index rectangulaires constituait une démarche couramment employée pour le diamètre plus petit des montres pour femmes, contrairement aux montres pour hommes de l’époque.

Lord Marvel, 1958

Lord Marvel, 1958

La Lord Marvel, qui bénéficiait d’un niveau de précision encore plus élevé grâce à un piton mobile et un nouveau système antichoc, demeura un chef-d’œuvre dont l’influence sur le développement de la Grand Seiko, deux années plus tard, fut significative. On utilisa des index d’heures rectangulaires et un index plus grand pour marquer la position à 12 heures.

*Certaines photos publiées sur cette page présentent des montres aux caractéristiques différentes de celles de l'époque de leur commercialisation.

PARTIE 3 : NOUVEAUX PRODUITS.

L’évolution constante du design de la Grand Seiko.

Grand Seiko SBGJ203

NOUVELLE ÉDITION 2017

SBGJ203G

Dotée d’un mouvement mécanique à haute fréquence et d’une fonction GMT, cette montre est idéale pour les globe-trotters. L’aiguille rouge permet de donner l’heure dans le fuseau horaire d’origine, tandis que l’aiguille ordinaire permet de donner l’heure locale. Elle est d’une grande aisance d’utilisation grâce à l’aiguille des heures qui peut être réglée en tournant la couronne sans avoir à arrêter la montre.

Automatique, boîtier de 40,00 mm en acier inoxydable

Encore aujourd'hui, le design de la Grand Seiko qui fut perfectionné à travers la 44GS, demeure la signature de la marque. À travers les années, cette signature a permis de développer une large gamme de designs avec le même look aisément identifiable. Par exemple, lorsque le remontage automatique et l’ultra-étanchéité furent ajoutés, la profondeur des boîtiers fut augmentée et on accentua la tridimensionnalité des surfaces courbes. D’une façon ou d’une autre, le look traditionnel de la Grand Seiko s’est maintenu en dépit du développement constant d'innovations dans le design et les fonctions.

Le calibre 9S86 de la Grand Seiko SBGJ203 constitue la pièce la plus élaborée de l'horlogerie mécanique de la Grand Seiko. Il possède un mouvement à haute fréquence (36 000 alternances par heure) doté d’une aiguille GMT qui donne l’heure du fuseau horaire local.