VOL. 1 précision et design, seiko commence sa conquête du monde par la poursuite de ces deux objectifs.

VOL. 1 précision et design, seiko commence sa conquête du monde par la poursuite de ces deux objectifs.

PARTIE 1 : PRÉCISION

La réalisation d’une précision de classe mondiale au moyen d’une technologie brevetée.

PARTIE 1 : PRÉCISION

L’histoire de l’industrie horlogère du Japon commence au cours de l’ère Meiji, avec l’importation et la vente de montres occidentales. À la fin du XIXe siècle, on assiste à la naissance des premières manufactures de montres japonaises ; parmi lesquelles Seikosha, fondée en 1892, qui produira les premières montres de poche en 1895. Les produits fabriqués selon le modèle des montres occidentales prédominaient à l'origine, mais, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la fabrication d’instruments de précision devient une industrie clé du marché japonais, contribuant à la reconstruction du pays après le conflit. Les montres figuraient parmi les produits sélectionnés pour cette industrie. Cependant, non seulement le Japon accusait un retard considérable par rapport à l’Occident en matière de technologie, mais il était en outre dans l'incapacité de s'équiper des machines-outils les plus récentes en raison des restrictions aux importations. Seiko devait donc dans un premier temps s'atteler au développement des outils nécessaires.

Mais pourquoi Seiko démontrait-il une telle hâte à vouloir fabriquer des montres japonaises de haute qualité ? L’une de ses motivations était la libéralisation prévue des importations de montres-bracelets à partir de 1961. De grands volumes d'importations de montres de qualité pouvaient en effet mener l’industrie horlogère japonaise à sa perte. De ce fait, il devint primordial de développer et de commercialiser des montres de précision compétitives à l’échelle internationale, et c'est en suivant l'objectif de « rattraper et dépasser les montres importées » que Seiko releva ce défi.

Pour accroître la précision, il était crucial de trouver un matériau résistant aux changements de température et de concevoir un balancier équilibré, qui générerait moins de frottement visqueux avec l’air. Seiko est parvenu à résoudre ce problème délicat, grâce à la recherche en collaboration avec une université et au recours aux outils les plus récents. En outre, on répondit à la nécessité de trouver un système antichoc pour absorber les coups sur l’axe du balancier grâce au Diashock, un système breveté par Seiko, qui protège le rubis avec un spiral. Cependant, cette combinaison de composants nécessaires ne suffisait pas à améliorer la précision. Pour que les artisans, hommes ou femmes, puissent démontrer leur savoir-faire d’experts en saisissant les caractéristiques de chaque montre individuelle et en réalisant les réglages appropriés à leur précision, il restait à développer les mécanismes nécessaires à cette quête d'exactitude. La Lord Marvel de 1958 possédait un mouvement équipé d'un piton aisément ajustable et mobile, mais son balancier était de petit diamètre. Ce dernier fut agrandi et son isochronisme amélioré sur la Crown de 1959, mais le piton y était fixe. Par la suite, un calibre 3180 doté d’un balancier de 12 mm et d’un piton mobile fut développé et placé dans la Grand Seiko de 1960, afin d’aider la minutieuse quête de précision.

Conçue comme une montre de précision, à la compétitivité d’envergure internationale, la Grand Seiko constituait l’aboutissement des technologies exclusives à Seiko. Résultats d'années de recherche, sa naissance a marqué l'arrivée d'une montre japonaise au sein des rangs des montres de réputation mondiale.

Lord Marvel, 1958  +  Crown, 1959  >  Grand Seiko, 1960

Succédant à la Marvel, la production de la Lord Marvel débuta en 1958. Le mouvement utilisait un balancier adopté l’année précédente, auquel on associa le dernier système antichoc S-1 (il sera suivi plus tard du modèle S-2). Elle comportait un piton mobile et un balancier de 11 mm.

 

La Crown fut équipée du calibre 560, doté d’un ample mouvement conçu pour améliorer la précision des montres. Afin de perfectionner l’isochronisme, on adopta un balancier de 12 mm, et le ressort de barillet fut agrandi pour donner un couple plus élevé. Le système antichoc utilisé était le Diashock, tandis que pour la rétention de la lubrification des roues, on employait le Diafix.

 

Le calibre 3180 était un mouvement créé pour la Grand Seiko ; il réunissait les avantages de la Lord Marvel et de la Crown, grâce à un piton mobile et un grand balancier, ainsi qu’au système antichoc le plus récent. Sa précision était de -3 à +12 secondes par jour, soit l’équivalent du degré supérieur de la norme chronométrique établie par les Bureaux officiels de contrôle de la marche des montres à l’époque.

Les deux modèles pionniers qui ont posé les bases de la Grand Seiko

Lord Marvel

Lord Marvel

Présentée en 1958, la Lord Marvel était un modèle simple et robuste, doté d’index et d’aiguilles de grande taille pour une meilleure lisibilité. C’était le modèle vedette de Seiko de l’époque. Il servit de vitrines aux performances techniques de Seiko, et ses variations ultérieures furent équipées du premier mouvement à haute fréquence fabriqué localement.

Crown

Crown

La Crown était une élégante montre dotée d’aiguilles et d’index d’heures profilés, d’un boîtier gracieux et de cornes étroites. Présentée en 1959, il émanait de cette montre au mouvement ample une grande classe.

*Certaines photos publiées sur cette page présentent des montres aux caractéristiques différentes de celles de l'époque de leur commercialisation.

PARTIE 2 : DESIGN

L’incessante quête de la beauté se dévoile dans le design.

Grand Seiko naquit le 18 décembre 1960, juste avant la libéralisation des importations de montres-bracelets en 1961. C’était la première montre fabriquée localement et développée dans l’objectif de devenir le « standard mondial ». En conséquence, il fallut rattraper le niveau des montres suisses, non seulement en termes de précision, gage de performance et de qualité, mais également en termes de design, pour la lisibilité du cadran, pour le confort au poignet, mais par-dessus tout, pour le plaisir de celui qui la possède.

Le design de la Grand Seiko s’inspira de deux modèles, la Lord Marvel et la Crown, tout comme son mouvement mécanique. La Lord Marvel naquit d’un concept design axé sur la praticité, et elle fut munie d’index et d’aiguilles profilés. La Crown, de son côté, associait la quête de précision à de fines aiguilles, pour un look élégant et délicat. Ces deux caractéristiques furent combinées pour la Grand Seiko et donnèrent naissance à un design pratique et raffiné à la fois.

Toute l'expertise de Seiko était employée à l'élaboration des aiguilles et index multifacettes découpés au diamant. Les index étaient disposés dans un cadran bombé, ce qui exigeait un niveau de compétence élevé, mais Seiko avait déjà acquis les techniques nécessaires sur les deux modèles précédents. Toujours dans le souci de perfectionnement des détails, des recherches ont été initiées pour améliorer la colle destinée aux cristaux acryliques, ainsi que la technologie du placage d’or. Une technologie brevetée fut utilisée pour souder les cornes robustes et impressionnantes, et les moindres détails furent polis à la perfection.

Avec notamment l’énorme popularité dont jouissait la mode « Ivy League », ainsi que les associations de couleurs vives et les mini-jupes, les années 60 marquèrent la naissance de sensibilités nouvelles, libérées de la pensée conventionnelle qui régnait au Japon. Il en fut de même pour les montres, leur valeur n’étant plus seulement considérée par rapport à la qualité du mouvement, mais tenant compte également de la beauté du design. La première Grand Seiko, symbole de l’équilibre entre précision et élégance, devint un authentique « miroir de son époque ».

La beauté des aiguilles découpées au diamant

La beauté des aiguilles découpées au diamant.

L’aiguille des minutes fut conçue pour atteindre l’index des minutes sur le bord extérieur. À six heures, une marque distinctive sur le cadran indique que les index sont en or massif.

Le logo de la Grand Seiko fut placé à 12 heures.

Le logo de la Grand Seiko fut placé à 12 heures.

La puissante typographie gothique fut sélectionnée parmi un grand nombre de designs. On peut la retrouver gravée sur le premier modèle.

La finition des cornes

La finition des cornes était réalisée séparément, puis elles étaient minutieusement soudées au boîtier.

Une technique qui produisait un effet d'inclinaison accentuait l'aspect luxueux de la montre grâce à un reflet de la lumière plus éclatant.

L’histoire derrière la naissance du logo de la Grand Seiko, l'emblème de la marque

L’histoire derrière la naissance du logo de la Grand Seiko, l'emblème de la marque

logo-gs-noir.png

Le logo Grand Seiko fut élaboré lors de discussions entre le magasin principal Hattori Tokeiten et les succursales. Les opinions étaient divisées dans le magasin principal, mais les succursales d’Osaka et de Nagoya optèrent pour la typographie gothique. Au final, le logo qui résulta de ces échanges est celui encore utilisé aujourd’hui.

Le modèle phare des montres de luxe, le modèle en platine

RUBRIQUE

Le modèle phare des montres de luxe, le modèle en platine

La première Grand Seiko était réputée pour son boîtier en plaqué or, mais il existait également une version en platine. En dépit de son prix très élevé, 140 000 yens, soit environ cinq fois plus que la Grand Seiko conventionnelle, ce modèle ne fut pas commercialisé en édition spéciale limitée. Ceci démontre que la Grand Seiko jouissait également d’une réputation établie en tant que montre de luxe.

*Photo d’une montre appartenant à une collection privée.

 

PARTIE 3 : NOUVEAUX PRODUITS

L’ADN de la Grand Seiko se perpétue aujourd’hui.

La réédition actuelle de la première Grand Seiko

NOUVELLE PRÉSENTATION 2017

La réédition actuelle de la première Grand Seiko

Intégrant l’essence de la première Grand Seiko, cette réinterprétation contemporaine comprend également un guichet de date et un boîtier réalisé en titane résistant et brillant, un nouveau matériau léger, pour un plus grand confort. Le boîtier présente également un volume spécifique. Il résiste à une pression de 10 bar, ce qui le rend idéal pour une utilisation quotidienne.

Remontage automatique, boîtier de 40,5 mm en titane résistant et brillant, en édition limitée à 968 pièces dans le monde entier.

La réédition de la première Grand Seiko

NOUVELLE PRÉSENTATION 2017

La réédition de la première Grand Seiko
Le modèle en or jaune 18 carats

La réédition de la première Grand Seiko recrée fidèlement l’aura du modèle original. Le logo est ciselé sur le cadran, Diashock, le nom du système antichoc, est imprimé à 6 heures, et la marque spéciale du cadran indiquant que les index sont en or 18 carats y figure également. Remontage manuel, boîtier de 38  mm en or jaune 18 carats, en édition limitée à 353 pièces dans le monde entier.

En mars 2017, Grand Seiko prit un nouveau départ en se séparant de la bannière de SEIKO pour devenir une marque indépendante, dans le but d’atteindre d’autres sommets sous le concept de longue date consistant à se maintenir à l’ « apogée de l’horlogerie pratique ».

En l'honneur de la technologie de haute précision et du design qui avaient atteint le stade de la perfection, les futurs modèles comporteront la marque « GS » et le logo « Grand Seiko » à 12 heures.

Les premières œuvres fruits de cette renaissance sont des collections limitées rendant hommage à la première Grand Seiko. La réédition de la première Grand Seiko est disponible en trois versions différentes : en platine, en or jaune et en acier inoxydable. La réinterprétation actuelle comprend un boîtier réalisé en titane résistant et brillant, un matériau léger à la fois résistant et gracieux.

En tant que marque internationale, Grand Seiko continuera à évoluer vers de plus hauts sommets. Grand Seiko a fait son entrée dans ce monde comme une puissante rivale des montres suisses. Elle doit désormais revenir à ses origines.